Initiation à la pratique artistique pour les enfants déscolarisés : Les efforts de “Walô” pour la promotion de la culture

    0
    62
    Séance d’initiation à la pratique artistique aux enfants déscolarisés à Abomey-Calavi

    La Compagnie de Danse Walô a bénéficié d’une subvention du Fonds Africain pour la Culture (African Culture Fund “ACF”, en anglais) dans la mise en œuvre de son programme d’aide à la création et à la résilience des artistes africains face au Covid-19. A cet effet, environ 100 enfants déscolarisés et issus de milieux défavorisés dans la localité d’Abomey-Calavi ont bénéficié gratuitement des formations d’initiation en danse, dessin et percussion pendant plusieurs semaines.

    « Mettre la danse au service du développement, travailler avec des enfants issus de milieux défavorisés afin de leur apporter le fait culturel. Ces enfants ont des handicaps, ce sont des orphelins, ou des enfants déscolarisés ou encore des écoliers enfants de parents pauvres », a confié Rachelle Agbossou, fondatrice de la Compagnie de danse et du centre “Walô Dance Center”. Le but, selon elle, est d’intéresser les enfants, les occuper, leur apporter le plaisir et la joie. De tout ce dont un enfant aurait profité si ses parents pouvaient payer des cours de danse et d’art. En effet, le choix des populations de la localité d’Abomey-Calavi est axé sur des raisons spécifiques. « Aujourd’hui, Walô Dance Center est situé à Abomey-Calavi, une zone de développement très populeuse au sein de laquelle il y a toute les couches sociales et en grande partie une population démunie qui n’a pas accès à la pratique artistique», a clarifié Rachelle. A l’en croire, “Walô Dance Center” essaie d’aller vers ces populations et dans ce même cadre, il sillonne, dans la mesure du possible, plusieurs régions du Bénin.

    Il faut comprendre que le présent projet, financé par Le Fonds Africain pour la Culture, entre dans la vision globale de “Walô”, celle d’amener les arts vivants et contemporains vers les populations. Il a été mis en œuvre au profit des enfants de 3 ans jusqu’à 18ans. « L’art et la culture ne sont pas seulement pour les gens nantis, mais pour tout le monde. Nous voulons également montrer que par le biais de l’art, on s’épanouit, on se maintient en forme physiquement et psychologiquement, mais aussi on peut en faire une profession et gagner sa vie. », a souligné Richmir Totah, Directeur Administratif à “Walô Dance Center”. « Nous avons choisi de travailler avec des orphelinats, des écoles où les parents n’ont pas toujours les moyens de payer la scolarité pour leurs enfants. Ces enfants n’ont-ils pas le droit aux arts, à la culture et aux loisirs ? », a renchéri Rachelle Agbossou. Selon elle, c’est cette interrogation qui a poussé les responsables à travailler également sur des thématiques liées aux violences faites aux femmes et aux filles, sur le phénomène des “Vidomingon” ou enfants placés, etc. « Ce sont des phénomènes récurrents auxquels nous devons faire face au jour le jour », a-t-elle insisté.

    A noter que l’objectif premier de Walô Dance Center est le développement psychique et moteur des enfants, adolescents et adultes à travers la danse, la musique, le théâtre, le dessin, etc. « Notre démarche est d’aller vers les populations. En période de résilience vis-à-vis du Covid-19 où plus rien n’évolue. Et ce projet, subventionné par African Culture Funds, est une initiative pour soutenir Walô Dance Center dans son fonctionnement afin que ce dernier ne ferme pas ses portes. Par ailleurs il est important de penser également à des projets avec des objectifs bien clairs afin de dérouler des activités bien définies et des résultats impactent et encourageants », a expliqué Rachelle Agbossou.

    La culture, les arts, la danse et autres disciplines artistiques ne sont pas seulement pour les gens riches. La chose culturelle est indispensable, et nécessaire pour l’épanouissement et le bien-être. Elle apporte, non seulement la joie, mais elle occupe ces enfants déscolarisés. Le projet « Un regard pour Walô Dance Center » est une opportunité pour l’Association Walô de grandir un peu plus malgré la pandémie et permet aux enfants d’acquérir de nouvelles connaissances, d’apprendre à se connaître, d’échanger entre eux, se découvrir et découvrir le monde.

    LAISSER UNE REPONSE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here