Partenariat entre le Pam et l’Esop : 60 tonnes de riz « made in Bénin » à livrer aux écoles

0
119

Un contrat a été signé, samedi 12 juin 2021, à Massè dans la commune d’Adja Ouèrè sise dans le département de l’Ouémé, entre le Programme Alimentaire Mondial (Pam) Bénin et l’Entreprise de Service et Organisations des Producteurs (Esop). L’unité de collecte et de transformation de riz local est chargée de mobiliser 60 tonnes de riz à mettre à la disposition des écoles à cantines du Bénin, selon les termes du contrat.

Le Programme Alimentaire Mondial (Pam) Bénin a signé avec L’Esop un contrat pour la livraison de 60 tonnes de riz long grain. Cela ne couvre pas encore les quantités de riz qu’il faut pour nourrir les enfants dans les écoles, selon Guillaume Amuli, représentant résident adjoint du Pam au Bénin qui a procédé, samedi 12 juin 2021, à la signature du contrat. «S’il y avait plus, c’est qu’on prendrait plus (…) Le Pam dans nos besoins, nous avons planifié pour une année, au minimum 8000 tonnes de riz. Compte tenu de la production nationale qui n’arrive pas à couvrir tous ces besoins, nous avons réservé pour ces unités de production 1500 tonnes. Si nous pouvons avoir 100% de ce que nous distribuons dans les écoles au Bénin (…) pour nous permettre de ne plus aller sur le marché international, (…) se serait vraiment chouette », plaide Joseph Assouto, chargé de la logistique au Pam-Bénin. Pour Dr Déo Guide Rurema, ministre burundais de l’agriculture de l’environnement et de la pêche, l’approvisionnement en produits alimentaires sur le marché propulse non seulement la production agricole mais améliore également le revenu des petits exploitants. «Nous allons vous demander de faire plus d’efforts pour mettre à notre disposition les quantités qu’il faut pour nourrir les enfants dans les écoles», a exhorté le représentant résident adjoint du Pam-Bénin, Guillaume Amuli. Selon les acteurs de l’Entreprise de Service et Organisations des Producteurs (Esop), leur unité peut relever le défi. « C’est vrai qu’on peut faire mieux», a martelé Gladys Tossou Lokossou, directrice générale de l’Agence Territoriale de Développement Agricole (Atda) Plateau.

 

 

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here