Enseignement du Pasteur Dewis Hillah: le Combat de la foi, une nécessité spirituelle

0
204
Patseur Dewis, Pasteur

Il s’agit d’un combat contre  la nature adamique inféodée à Satan, le monde et les esprits impurs.  Ce faisant, il doit mener le bon combat.

 

Propos recueillis par Marius Kpoguè

Le combat de la foi est la lutte que mène le chrétien pour garder sa foi chrétienne jusqu’à la fin de ses jours et pour propager la bonne nouvelle du royaume des cieux, en obéissance à la Grande Commission (Mathieu 28 : 19,20). Ce combat n’est pas un combat contre la chair et le sang (Éphésiens 6 : 12), c’est-à-dire contre les hommes ; il est plutôt spirituel. C’est un combat contre la chair (la nature adamique inféodée à Satan), le monde et les esprits impurs dont Satan se sert pour amener les enfants de Dieu à se détourner de leur Sauveur, et, par voie de conséquence, à perdre la Vie Éternelle. Le combat de la foi est une réalité difficilement perceptible par ceux du dehors ; mais le véritable enfant de Dieu le vit dans son être intérieur avec intensité. Il sent les blocages, les entraves, les oppressions, les malaises physiques inexplicables, les confusions de pensée, les craintes inexpliquées et les tourments intérieurs. Les esprits excessivement cartésiens ou incrédules émettront immanquablement des réserves et voudront ici trouver des explications rationnelles ou scientifiques. C’est une erreur mortelle qui n’est profitable qu’au monde des ténèbres. Car, Satan sait que si les hommes percevaient clairement qu’il est l’auteur de la majeure partie de leurs problèmes, ils se tourneront immédiatement vers leur Sauveur et trouveront du secours contre ses ruses (Genèse 3 : 1 ; Éphésiens 6 : 11). Aussi se déguise t-il en ange de lumière pour séduire et tromper les hommes qui le prennent pour un messager de Dieu (II Corinthiens 11 : 14 ; II Thessaloniciens 2 : 9,10). Même les chrétiens les plus avertis se laissent parfois tromper et séduire. L’imitation est si parfaite que ceux des chrétiens qui se refusent à marcher comme des soldats de Christ se retrouvent inévitablement prisonniers et totalement perdus pour la cause de Christ (Mathieu 24 : 24 ; Actes 5). Il est important de savoir que Satan ne craint aucun homme et est très téméraire au point d’aller tenter son Créateur (Luc 4 : 1-14) ; il serait donc prétentieux de se croire hors de sa portée. Tous ceux qui se sont complus dans cette folle pensée n’ont même pas eu le temps de voir venir leur déchéance spirituelle. Le Diable est rusé, astucieux et vicieux. Il manipule les hommes avec un art consommé du mensonge et de la tromperie. Satan et ses anges déchus ne sont pas de notre création ; ils nous sont supérieurs en force et en sagesse (II Pierre 2 : 11). Il nous faut donc veiller et prier comme nous l’a demandé le Seigneur dans Marc 14 : 38.

Mais aussi résister avec toutes les armes que Dieu nous a données (Éphésiens 6 : 11) pour faire fuir le Diable :

Avoir à combattre l’ennemi

Certains objecteront que nous avons à combattre contre un ennemi déjà vaincu pour nous par le Seigneur Jésus-Christ à la croix, et que, de surcroît, notre Sauveur et Dieu nous a définitivement donné le  pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions selon  Luc 10 : 19. Ils sont entièrement dans la vérité.       Cependant, Satan sait que « Dieu n’exauce point les pécheurs ; mais, si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, c’est celui-là qu’il exauce. » Jean 9 : 31. Il sait aussi que celui qui pèche est du diable selon  I Jean 3 : 8.

Satan comprend très bien qu’un enfant de Dieu peut faire naufrage par rapport à la foi et que la marche dans le péché le privera de son héritage céleste (Hébreux 6 : 4-6 ; Hébreux 10 : 26-29 ; Hébreux 12 : 15-17 ; Galates 5 : 19-21 ; II Pierre 2 ).

La Bible précise aussi « Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le royaume de Dieu?… » I Corinthiens 6 : 9,10.

Il mettra donc tout en œuvre pour vous éloigner de la sainteté et de l’obéissance à Dieu. Au besoin, il vous donnera une fausse assurance en vous enseignant que le salut est éternel et inconditionnel, c’est-à-dire que la marche dans le péché volontaire n’a aucune incidence sur le salut. C’est la doctrine de la sécurité éternelle inconditionnelle du chrétien. C’est son chef d’œuvre pour s’assurer que vous ne serez plus très regardants vis-à-vis du péché. De la sorte vous serez méprisants envers toute exhortation à marcher dans la sanctification comme le recommandait le Saint-Esprit aux chrétiens d’origine Juive dans Hébreux 12 : 14 :

Le bon combat

La marche dans la foi chrétienne n’est pas une promenade de santé, mais une véritable guerre dans laquelle le Seigneur enrôle chaque chrétien comme soldat (II Timothée 2 : 3,4). C’est la raison pour laquelle l’exhortation à mener le bon combat de la foi est mentionnée plusieurs fois dans les épîtres. Le bon combat de la foi, c’est le combat spirituel au sens large. Il embrasse tous les domaines de la vie chrétienne :

– La nouvelle naissance ;

– La marche dans la sainteté ;

– Le discipulat  ou le discipolat :

– La croissance spirituelle ;

– Les dons spirituels ;

– L’appel au ministère ;

– L’évangélisation ;

– L’implantation des églises ;

– La direction spirituelle des églises ;

– la croissance des nouveau-convertis ;

– L’édification des membres de l’Eglise ;

– La vie des hommes de Dieu ;

– La dénonciation des œuvres des ténèbres (Éphésiens 5 : 11) ;

– L’exposition des faux prophètes et docteurs ( Jude 1 : 3,4) ;

– Le combat contre les fausses doctrines ;

-La prière ;

– Le jeûne ;

– La louange ;

– L’enseignement ;

– La prédication ;

– Le mariage ;

– Le foyer chrétien ;

– L’éducation des enfants ;

– Les relations avec les non croyants ;

– La prière pour les autorités politico-administratives …

 

Tous ces domaines sont l’objet d’attaques violentes de la part de Satan qui, connaissant bien la nature humaine, sait où, quand et comment frapper pour que cela fasse très mal.

Fort heureusement, le Seigneur nous a laissé le Saint-Esprit pour nous conduire dans toute la vérité (Jean 16 : 13). Par le Saint-Esprit, des dons spirituels (I Corinthiens 12) divers sont donnés aux membres de l’Église pour démasquer les ruses du Diable :

– La parole de connaissance ;

– La parole de sagesse ;

– La prophétie ;

– La foi ;

– Le discernement des esprits ;

– La diversité des langues ;

– L’interprétation des langues.

 

Le combat est inconditionnel

 

Les chrétiens n’ont pas le choix : il leur faut mener le bon combat de la foi ; c’est une obligation vitale. C’est ce que le Seigneur disait pendant son ministère terrestre, par ces mots :

«Depuis le temps de Jean-Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s’en s’emparent. » Mathieu 11 : 12

Il ne s’agit nullement de violence contre les autres, et encore moins de violence physique. Il s’agit de violence contre soi-même dans tout ce qui touche au péché, dans tout ce qui est contraire aux commandements de Dieu (Marc 8 : 34 ; Luc 14 : 33 ; Mathieu 10). Il s’agit de résister farouchement contre les ruses du Diable. Il s’agit de comprendre et de supporter les persécutions comme étant un comportement normal de la part des enfants du diable (Jean 15 : 18-25 ; Jean 16 : 1-3).

 

 

Pour sortir victorieux du bon combat de la foi, il nous faut trois choses (I Corinthiens 13 : 13) :

– La foi ;

– L’espérance ;

– L’amour du prochain.

La foi en Dieu est le socle sur lequel repose ce combat spirituel. Sans la foi en Jésus-Christ, nous ne pouvons être sanctifiés ; et n’étant pas sanctifiés, nous ne pouvons pas être exaucés. C’est aussi par la foi que nous saisissons les promesses de Dieu pour renverser les œuvres du monde des ténèbres et lier les esprits impurs (Hébreux 11 : 1 ; Romains 4 : 16-22 ; Romains 3 : 22, 26 ; Romains 5 : 1).

L’espérance nous donne du zèle et de la persévérance dans l’obéissance, car nos yeux sont fixés sur la récompense céleste (Romains 5 : 5 ; Romains 12 : 12 ; Romains 15 : 4,13).

L’amour du prochain nous garde de toute haine préjudiciable à notre relation avec Dieu (Romains 13 : 9 ; I Jean 4 : 7,8).

 

Le Diable, appelé Satan ou encore le serpent ancien (Apocalypse 12 : 9), se sert de la propre chair du chrétien qu’il veut détruire, du monde et des esprits à son service pour lui faire une guerre sans merci. Le chrétien né de nouveau doit combattre simultanément sur ces trois fronts.

 

 

Pasteur : Dewis HILLAH

Eglise : Action Evangélique Missionnaire/ 66458018

 

 

 

 

 

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here