Création du Cnt : L’avenir du théâtre en question

    0
    114

    Suite à la sortie de la décision du conseil des ministres du mercredi 12 mai 2021, portant décret sur la dissolution du Festival International de Théâtre du Bénin (Fitheb) et la création du Centre National de Théâtre (Cnt), Jean-Michel Abimbola a rencontré les acteurs du théâtre et les journalistes culturels afin d’apporter plus d’information sur la décision. Ladite rencontre a eu lieu, mardi 18 mai 2021, dans la salle Vip du ministère du Tourisme, de la culture et des arts.

    De l’état des lieux à la conclusion, en passant par “De la dissolution du Fitheb à la création du Cnt”, “La structuration du Cnt”, “Synthèse des innovations du Cnt”, “Présentation des membres du conseil artistique” et les “Prochaines étapes”. Ce sont-là, énumérés, les points abordés par le ministre Jean-Michel Abimbola lors de sa rencontres avec les acteurs du théâtre et les journalistes culturels.

    En effet, depuis 30 années, le Fitheb est l’épicentre du théâtre africain. Malheureusement, cet événement est devenu, depuis quelques années, peu attractif, sans public et presque inexistant sur la cartographie des événements culturels à forte valeur ajoutée sur le continent. « Parmi les causes, il possible de noter un mauvais mangement général au niveau des directions qui se sont succédé, des difficultés de gouvernance se faisaient constantes, des choix peu pertinents des spectacles invités lors de la dernière biennale de 2018 », a souligné Jean-Michel Abimbola. A l’en croire, ces causes ont créé une désaffection générale du public, la perte de la confiance des opérateurs internationaux et surtout des dettes successives des différentes éditions notamment la dernière édition avec une dette de plus de 145 millions de Franc Cfa.

    Suite à ces dysfonctionnements de l’Institution, un audit organisationnel et financier a été fait par le gouvernement. Dans ce sens, des réformes ont été adoptées par le gouvernement pour la création du Centre National de Théâtre. Ces réformes ont été mises en place avec des objectifs précis dont « la mise en place d’une organisation viable susceptible de porter les nouvelles dynamiques et d’impacter l’ensemble du secteur ». L’on peut noter également l’objectif sur « la restructuration significative de l’institution afin de contribuer à développer l’ensemble du secteur du théâtre et à lui assurer un rayonnement au-delà de la simple biennale ». A ces objectifs, s’ajoute les démarches méthodologiques et administratives mises en place dans le but d’atteindre les objectifs.

    Structuration et membres nominés

    Le Centre National de Théâtre est la nouvelle organisation mise en place par le gouvernement afin de mieux structurer le secteur du théâtre béninois. Ce Centre est doté d’un organe d’administration et de gestion, un conseil d’administration, un organe scientifique (le conseil artistique), une direction générale avec une direction technique du théâtre et une direction technique du festival en charge de l’organisation de la biennale entre autres attribution, un budget pour son fonctionnement et le financement de son programme de travail annuel. Il est important de noter que l’objet de cette nouvelle structure ne se limite pas seulement à l’organisation du Fitheb. Elle a un mandat plus large qui consiste à contribuer et développer l’ensemble du secteur du théâtre afin de lui assurer un rayonnement au-delà de la biennale. De même, la taille du conseil d’administration a été réduite. Ce conseil passe de quinze (15) à sept (07) membres.

    Dans le cadre de cette rencontre, les membres du conseil artistique ont été dévoilés au public. Tola Koukoui en est le président désigné par le Ministère du Tourisme, de la Culture et des Arts. Les membres sont : Florisse Adjanohoun (représentante désignée par ledit ministère), Nicolas Houenou de Dravo (représentant des metteurs en scène), Humbert Boco (représentant des comédiens) et Yaovi Afanou (représentant des techniciens). Les prochaines étapes de cette nouvelle expérience sont aussi connues. Parmi ces étapes, l’on peut noter les démarches administratives pour le paiement des dettes de la quatorzième édition du Fitheb. De même, ce centre fera des diligences pour mieux préparer l’organisation de la prochaine biennale (2022 ou 2023).

    LAISSER UNE REPONSE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here