Candidat Allassane Djimba : « Nous les partis de l’opposition, on n’a pas la capacité d’avoir des mandataires »

    0
    206
    Allassane Djimba, candidat du parti d'opposition FCBE à l’élection présidentielle du 11 avril

    Intégralité de la déclaration de Allassane Djimba joint au téléphone par la rédaction

    En principe, c’est une expérience à laquelle il faut remédier.  Nous les partis de l’opposition, on n’a pas la capacité d’avoir des mandataires dans tous les centres de vote parce que cela coûte cher. Cela a beaucoup joué sur nous comme tous les observateurs l’ont remarqué.  Nous avons demandé au niveau des militants que ce soit un acte volontaire. Quelque part, ça a marché, ailleurs non. Donc il y a un déséquilibre au point de vue surveillance au niveau des votes. Ensuite, il y a eu des bureaux de vote où il n’y a aucun représentant de l’opposition, ni de Kohoué et des FCBE.   Nos militants nous ont  rapporté que dans l’Atacora,  au niveau de la 3ème et  4ème circonscription électorale que des sous ont circulé. On a donné des millions aux cotonculteurs et les autres partis ont donné des millions à leurs militants. Tout cela fait qu’au niveau des Force cauris pour un Bénin (FCBE), nous avons vraiment voulu valoriser la démocratie, mais nous voyons qu’il manque un peu de transparence. Il faut faire attention à des résultats tendancieux qui risquent d’envenimer la situation de créer la tension. Des résultats tels que à  Kalalé où  les gens  n’ont pas vite voté ou à Dogbo où les gens viennent et les les urnes sont déjà bourrées.  Pour l’instant, je n’ai aucune preuve mais ce sont les informations dont je dispose pour l’instant

    Si non on attend pour voir comment ça va se passer. Mais nous avons constaté qu’on n’a pas eu les moyens ni les capacités financières pour se faire représenter à tous les postes de vote parce que ça fait des milliers et des milliers de personnes. Nous nous sommes mobilisés en disant aux personnes qui le peuvent de le faire. Ce qui a fait que les ONG et les observateurs ont remarqué qu’il nous manquait effectivement de représentants.

    Notre absence a permis quelque part des bourrages des urnes. Tout cela reste à vérifier parce que nos coordonnateurs nous parlent.  A Kalalé, à Kobli et à Tanguiéta….

    Concernant les possibles dénonciations officielles, c’est trop tôt. Personne ne peut dire qui va gagner aujourd’hui. Il faut attendre parce que c’est un suffrage universel et il faut attendre les compilations. Ce qui est sûr, aucune élection en Afrique n’est transparente à 100%, mais, on va voir ce que ça va donner. Nous ne voulons pas de conflits, nous voulons la paix dans le pays.

     

     

    LAISSER UNE REPONSE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here