Présidentielle 2021 : Le duo Kohoué-Agossa, l’alternative

    0
    482
    le duo Corentin Kohoué et Irenée Agossa

    La dynamique « restaurer la confiance » portée par le duo Corentin Kohoué et Irenée Agossa ont été investi samedi dernier à Allada. Devant militants, sympathisants et autorités politico-administratives acquis à leur cause, ils ont réitéré leur engagement pour une alternance crédible au pouvoir en 2021. Une alternance qui, selon eux, passe inévitablement par le vote et non la rue.

    L’alternance au pouvoir à l’issue du scrutin présidentiel de 2021 est une alternative que propose le duo Florentin Kohoué et Irenée Agossa au peuple béninois. Investis officiellement candidats samedi dernier à Allada, ils ont rappelé la stratégie qu’ils ont mis en place pour obtenir le résultat souhaité. Elle se résume en une phrase : « le vote et non la rue ».  Véritable message de sensibilisation et de plaidoyer en faveur de la paix que ce duo associe à son ambition qui est la conquête du pouvoir. « A la Dynamique Restaurer La Confiance, nous sommes épris de paix et de justice et croyons à l’arme fatale que détient encore le peuple béninois entre ses mains : La voie des urnes ! Oui l’heure  est venue  pour la majorité silencieuse de faire usage de son arme fatale que dis-je de son droit pour mettre fin à tout ça ! Le vote et non la rue ! Oui nous sommes capables de répondre à M. Patrice Talon  en disant Non dans les urnes  à sa politique d’exclusion … », a martelé Florentin Kohoué.

    Ce message ne les empêche pas de dénoncer ce qu’ils mettent sur le compte des dérives du pouvoir en place. Tout un chapelet dont chaque composante porte des mots et des maux comme l’exclusion politique, l’arbitraire, le chômage appuyé par la loi sur l’embauche, etc. «  Je suis au regret de vous annoncer et de constater avec vous que nous avons perdu le liant, le ciment de notre démocratie qu’est le consensus national.  Notre consensus a ainsi cédé place à l’arbitraire, l’intimidation, l’exclusion, la ruse et à la Rage ! Avec pour corollaire des exils forcés, des peines d’emprisonnement au terme de fallacieux procès et même tout récemment des kidnappings en pleine circulation ; Triste démocratie », a déploré le duo de la dynamique «Restaurer la confiance ».

    Place à l’exemplarité

    Loin de ce tableau sombre, Florentin Kohoué et son colistier promettent monts et merveilles aux Béninois s’ils portent leur choix sur eux pour diriger le pays les cinq années à venir. Ils placent d’ores et déjà leur probable mandat sous le signe de la transition avec des projets et programmes innovants composés de 17 axes principaux. Sa finalité est de parvenir à l’instauration d’un Etat de droit basé sur une démocratie consensuelle. Sur le plan économique, ils ambitionnent de renouer avec les bonnes pratiques avec un plan Marshall et en mettant en confiance les opérateurs économiques. Evidemment, dans un tel dispositif, la corruption et autres fléaux n’ont plus de place.  Ils seront remplacés par une orthodoxie financière, à même de booster la fiscalité et autres domaines névralgiques du Bénin. « Oui je m’engage à faire retrouver à notre démocratie une vitalité à travers un mandat de transition au cours duquel nous corrigerons, dépoussiérons les textes et lois polémiques dans un esprit de consensus et de dialogue de vérité », a promis ce duo qui se positionne comme la voix de l’opposition. Une opposition à laquelle ils tendent la main. Ils souhaitent taire clivages et avancer sur le chemin de l’union. « A l’exil forcé des enfants du pays ! D’ailleurs dès notre prise de fonction nous acterons le retour des Exilés politiques. Oui, on peut avoir des divergences politiques mais le droit de vivre en paix dans son pays est capital et non négociable.  Oui ! la politique et le capitalisme à visage humain seront notre credo »  la dynamique Rlc, confiante de ce que la victoire est à leurs portes.

     

    Extrait des propos de Florentin Kohoué samedi dernier à Allada

    « Jeunes et femmes, la politique de la rupture a fait de vous des malheureux »

    ‘’ La physionomie du pays aujourd’hui se résume en une partie très minoritaire qui clame haut et fort que tout va pour le mieux et la majorité silencieuse qui souffre depuis 5ans.

    Jeunesse Béninoise ! Comment peut-on dire que tout va pour le mieux ? Quand le sous-emploi et le chômage sévissent encore plus dans vos rangs depuis 2016 ?  Tenez le premier cadeau empoisonné offert par Patrice Talon à la jeunesse laborieuse du Bénin dès sa prise de pouvoir a été l’introduction et le vote de cette fameuse « loi sur l’embauche » qui est venue précariser, raréfier l’emploi et favoriser les licenciements à tour de bras. Cette loi, chère jeunesse nous la corrigerons en votre faveur vous le fer de lance du développement de cette Nation. Pour la Dynamique Restaurer La Confiance la solution aux problèmes de la jeunesse c’est l’Education, la solution au problème d’emploi c’est l’Education, la solution au problème de développement c’est encore l’Education. L’attelage EDUCATION FORMATION EMPLOI est pour moi le seul moyen de sortir la jeunesse et le peuple du sous-développement et de passer d’un statut de « nation consommatrice de richesse d’autrui » à un statut de « nation productrice et consommatrice de ses propres richesse ».  C’est à ce seul prix que le Bénin comptera dans le concert des nations développés.

    Femme béninoise ! Comment peut-on vous dire que tout va bien quand assurer 02 repas  par jour dans vos foyers est quasi impossible sous la rupture !  Les casses anarchiques sans ménagement et mauvais choix économique de nos dirigeants actuels n’ont fait que trouer le panier de la ménagère.

    Jeunes et femmes, la politique de la rupture a fait de vous des malheureux, notre Politique de Confiance fera de vous dans quelques jours des héros pour que,plus jamais dans ce pays, nous ne tombions si bas !

    LAISSER UNE REPONSE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here