Eloge d’un continent : le Nil ou une métaphorisation de l’Afrique

0
473
La parole et le Feu

Comment les Blancs avaient-ils pu couvrir l’Afrique des préjugés et des mensonges ? Comment avaient-ils pu salir l’image du continent noir, malgré ses valeurs et richesses ? C’est ce qu’il convient de se demander après s’être abreuvé à la source poétique dont le créateur est Barnabé Laye. En effet, à travers son anthologie La Parole et le Feu, publiée en 2017, le poète béninois, de son vrai nom Barnabé Lalèyè, offre une part belle à l’Afrique et ses valeurs, ses héros et guerriers, et à plusieurs images qui fondent la métaphore de l’Afrique.

 

Le Nil, un Fleuve, un Symbole …

Lorsqu’on se réfère à l’œuvre poétique de Barnabé Laye, plusieurs passages, textes et recueils de poèmes entiers sont consacrés à la valorisation du continent africain. Le poète réserve une partie non négligeable de son œuvre à la magnificence des valeurs culturelles du continent africain. Ainsi, dans ses textes, le poète représente le continent par le Nil qu’il célèbre en le sacralisant. L’exaltation de l’Afrique, la valorisation de ses cultures et la splendeur de ses peuples passent par la vénération du Nil qui symbolise ce continent. Le poète personnifie donc le Nil, lui adresse la parole, le chante ou se confie à lui. En s’engageant dans un dialogue avec ce fleuve, le poète se remet à lui, souhaite se réconcilier avec ses eaux et, partant, s’enracine dans les réalités culturelles de l’Afrique.

 

« Ô Nil

                          Je viens vers toi

                          Comme en pèlerinage aux sources des origines

                         On me dit : les Ancêtres sont partis des bords de tes rives

                         Des royaumes de Koush de Napa et de Méréo

                         Fuyant les pâturages que le sel brûle

                         Fuyant le feu du Sahara impitoyable et cruel

 

                         Je viens vers toi

                         Pour plonger dans tes coulées profondes

                        Pour me noyer au plus profond de ton ventre. »

Pour Barnabé Laye, ce fleuve est un élément de consolation et de restauration parce qu’il est doté des puissances ancestrales. En se « plongeant dans ses coulées profondes », le poète embrasse les richesses culturelles et les valeurs ancestrales de l’Afrique. A la vérité, la volonté de Barnabé Laye ne consiste pas seulement à se contenter de la célébration de l’Afrique. Dans une démarche calme, comme le révèle la teneur des mots qu’il emploie, ce poète vante les bienfaits du Nil et exprime, par ricochet, les richesses de ce grand cours d’eau. Le symbolisme du Nil, Barnabé Laye le désigne par « fleuve-mère », c’est-à-dire un cours d’eau qui domine, par sa grandeur et sa puissance, tous les autres fleuves du monde entier ; ce qui corrobore l’origine de l’humanité en Afrique, appelée sagement « le berceau de l’humanité ».  De plus, le poète évoque la sacralité du Nil à travers son pouvoir mystique qui guérit des maladies et satisfait aux vœux ou aux prières.

 

De la célébration du Nil à l’enracinement…

S’il est vrai que, dans la cosmogonie africaine, l’on sacralise des forêts, des lieux et des fleuves, généralement habités par des génies, qu’ils soient bienfaiteurs ou non, il faut souligner que, chez Barnabé Laye, la sacralité du Nil est liée à sa propriété d’accomplir du bien dans la vie des peuples. Au demeurant, l’on découvre dans la poésie de cet écrivain des textes qui exposent sa volonté de s’enraciner dans sa culture.

« Une fois encore ils reviendront le soir des noces

                                   Pencher leur front au-dessus de tes eaux bienfaisantes

                                   Pour l’ultime bénédiction avant la nuit d’extase rouge. »

 

Ces faits que présente l’auteur et qui se rapportent au Nil se situent dans le contexte africain. Il s’en dégage remarquablement que ce fleuve, marqué par la pluralité des divinités qui s’invitent à ses côtés, est une identité de l’Afrique que le poète célèbre avec extase, une autre manière d’exprimer son enracinement.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here