Amendements à la Constitution: Modeste Kérékou suggère l’organisation du référendum

0
1064

« Il serait prétentieux de parler au nom du président de la République. Toutefois, je souhaite vivement en dépit de toutes les intoxications véhiculées au sein de l’opinion publique que nous allons au référendum ». Par ces mots, Modeste Kérékou, ministre des Petites et Moyennes Entreprises et de la Promotion de l’emploi, a souhaité la tenue d’un référendum suite au rejet de la proposition d’amendement à la Constitution du 11 décembre 1990. C’était le dimanche 15 juillet dernier. A en croire l’invité de l’émission Zone Franche, l’organisation du référendum est une opportunité offerte à la fois au camp de la minorité et de la majorité pour «expliquer sur le terrain» leur position et «susciter le suffrage de la population ». Il a appelé le peuple à voter «oui» au cas où le référendum serait organisé. « Nous avons besoin d’avoir des fondamentaux qui cadrent avec nos réalités et le peuple en est conscient. Nous comptons sur le sens de discernement des béninois », a-t-il martelé au sujet des quatre points de l’amendement. Les fondements du développement sont posés grâce à la modification apportée à la Constitution qui n’est pas une bible, selon Modeste Kérékou, ministre des Petites et Moyennes Entreprises et de la Promotion de l’emploi. A l’en croire, c’est la mauvaise foi des députés de la minorité parlementaire qui est à l’origine du rejet de la proposition de loi portant amendement à la Constitution. La minorité a adopté «une position dogmatique qui sacralise la constitution…Au lieu de faire des propositions, des acteurs politiques s’adonnent à jeu malsain visant à induire le peuple en erreur», a-t-il fustigé. L’invité a également abordé la question de l’emploi au cours de l’émission. Le gouvernement entend agir sur des piliers pour inverser le fort taux de chômage et de sous-emploi. Le ministre des Petites et Moyennes Entreprises a cité l’orientation des apprenants vers les réalités du marché de l’emploi, l’auto-emploi et la revalorisation du métier de l’artisanat. Pour finir, Modeste Kérékou a rassuré les Pme (Petite et Moyenne Entreprise, ndlr) et les jeunes en ces termes «de nombreuses opportunités se profilent à l’horizon».

 

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here