Le Fcil opte pour la sécurisation des droits fonciers des femmes à Dogbo

0
906

Le 2ème adjoint au maire de Dogbo, Célestin Mahoussi, a procédé mardi dernier au lancement officiel du projet d’accompagnement des femmes et filles à la terre et à la sécurisation de leurs droits fonciers dans la commune de Dogbo initié par l’ONG-Promotion pour l’épanouissement juridique économique et social (PEJES-ONG). C’était dans la salle de conférence de l’arrondissement Tota en présence des élus communaux et locaux, des femmes venues des associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC) et des groupements de balayage des villages où se déroulent actuellement les opérations liées au plan foncier rural.Pour Dieudonné Sodégla Noumado, Directeur exécutif de l’ONG-Promotion pour l’épanouissement juridique économique et social (PEJES-ONG), les études sur le genre ont montré que le Bénin dispose d’un cadre législatif relativement favorable à l’égalité entre les femmes et les hommes. Mais, les disparités entre les deux sexes sont pourtant sévères et handicapent le développement du pays en général et le respect des droits des femmes en particulier, a-t-il ajouté avant de faire remarquer que la commune de Dogbo n’échappe pas ce triste constat. Selon lui, il existe de grands écarts entre les femmes et les hommes en matière d’opportunités des chances et de prise de décision dans toutes les sphères de la vie : privée, politique, professionnelle et institutionnelle et la femme semble être complètement écartée de l’héritage des terres car elle ne jouit pas pleinement de ce droit à elle conféré par les lois de la République. Parfois, elle ne gagne que l’usufruit sans une garantie car dès le décès de ses parents ou de son mari, la terre dont elle est usufruitière lui est arrachée aussitôt et tombe dans le patrimoine des enfants garçons du de cujus, a-t-il déploré avant de dire que le projet d’accompagnement des femmes et des filles à l’accès à la terre et à la sécurisation de leurs droits fonciers a été initié pour promouvoir le droit d’accès des femmes à la terre dans 18 villages où se déroulent les opérations liées au plan foncier rural. Le 2ème adjoint au maire de Dogbo, Célestin Mahoussi, a remercié les responsables de l’ONG-PEJES pour avoir choisi de renforcer les actions de la commune dans le domaine foncier en focalisant son intervention sur l’héritage foncier des femmes. La représentante des femmes, Mme Emma Amouzoun, a invité les élus présents à faciliter l’accès des femmes à la terre de façon globale et à l’héritage foncier en particulier. Elle a lancé un appel aux femmes pour leur mobilisation autour de la défense de leur droit. Prévu pour une durée de trois mois, le projet est financé à hauteur dix millions 918 mille francs CFA par le Fonds canadien d’initiatives locales (FCIL).

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here