Enseignement du Pasteur Dewis Hillah / La maîtrise de soi : Moïse un modèle (suite et fin)

    0
    141

    La Bible précise que Moïse nous a laissé l’image d’un homme humble, doux, patient, compréhensif, compatissant, désintéressé, craignant Dieu et peu porté vers les appétits charnels.

     

    Propos recueillis par Marius Kpoguè

     

    Le témoignage de Dieu au sujet de Moïse est sans équivoque quant à sa maîtrise de soi. En voici deux références bibliques :

    Nombres 12 : 3 : « … Or, Moïse était un homme fort patient, plus qu’aucun homme sur la face de la terre. » (version Louis Segond) et Nombres 12 : 3 : « …Or, Moïse était un homme fort doux, plus qu’aucun homme qui soit sur la terre. » (version Ostervald).

    Devant les diverses agressions et rébellions dont il a été victime pendant qu’il conduisait le peuple d’Israël de l’Égypte à Canaan ; la terre promise, il est resté égal à lui-même. Lent à la colère, il était prompt à intercéder pour détourner  d’Israël les jugements de colère de Dieu. Et Dieu sait qu’il avait tous les jours une occasion de chute. Et pourtant, Moïse n’a pas sombré dans la violence, les injures ou les malédictions. En présence de ce peuple que Dieu lui-même qualifia de peuple au cou raide (Exode 32 : 9), il gardait son sang froid et parlait toujours avec douceur.

    Dans les situations les plus affligeantes, il évitait de prendre des  décisions sans se  référer à Dieu. Il ne laissait jamais ses émotions prendre le dessus ; et il ne manquait jamais de pardonner à ce peuple qui le rudoyait souvent (Exode 16 ; Exode 17 ; Nombres 11 ; Nombres 12 ; Nombres 14 ; Nombres 16 ; Nombres 21 …).

    Une seule fois, Moïse trébucha devant le peuple d’Israël (Nombres 20).

    A la lecture de la Bible, aujourd’hui, plus de 5700 ans après ces événements qui ont émaillé le voyage des Hébreux vers la terre promise sous la conduite de Moïse, on perçoit faiblement l’esprit de rébellion qui animait Israël, un peuple qui aimait à marcher au gré de ses mauvaises pensées (Ésaïe 65 : 2) et non selon les commandements de Dieu.

     

    Comment Moïse a t-il pu dominer autant sur son propre esprit pour ne pas céder à la rage, à la colère, à la violence, au doute, à la peur, au découragement, à la vanité ou à la rancune?

    Il ne bronchait ni dans ses paroles ni dans ses actes. Manifestement, c’est une grâce qui lui a été faite!

     

    Et pourtant il était

     

    Et pourtant, Moïse à  quarante (40) ans, en Égypte, était un homme bien violent qui n’avait pas hésité à tuer un homme pour défendre un israélite :

    Exode 2 : 11,12 : «  En ce temps-là, Moïse, devenu grand, se rendit vers ses frères, et fut témoin de leurs pénibles travaux. Il vit un Égyptien qui frappait un Hébreu d’entre ses frères. Il regarda de côté et d’autre, et, voyant qu’il n’y avait personne, il tua l’Égyptien, et le cacha dans le sable. »

    Cette maltraitance dont

    l’hébreu était victime suffisait-elle pour que le sang d’un homme fusse t-il égyptien soit versé ? Manifestement, Moïse, en ces temps-là, n’avait pas la maîtrise de ses émotions.

    Il était dévoré de haine contre les Égyptiens à qui il en voulait d’avoir réduit son peuple en esclavage. Il a agi avec l’énergie de la chair, ne connaissant pas en ce temps-là le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob.

    Il a fallu quarante (40) autres années pour que Dieu éduque Moïse, lui enseignant la patience, en faisant de lui un berger (Exode 3).

    La conduite des brebis au pâturage n’est pas une tâche facile. Il faut de la patience, de la rigueur et du courage.

    Du courage devant les prédateurs et voleurs de troupeau. De la rigueur en matière de discipline pour éviter que le troupeau ne se disperse ou ne s’égare. Il faut frapper celui-ci, garder celui-là près de soi, menacer un bélier trop agressif… De la patience pour soigner une ou des brebis malades,  pour cheminer longtemps à la recherche d’un vert pâturage, pour porter tous les jours, sur une longue distance une bête blessée à la patte. Faire donc cela pendant quarante ans vous transforme un homme impatient et violent en un homme doux, courageux et maître de lui-même. Cette éducation de Dieu reçue par Moïse le rendit profondément humble et compatissant envers son prochain. Plusieurs fois, Dieu voulut détruire Israël ; mais, à chaque fois, Moïse plaida en sa faveur (Exode 32 : 11-13 ;30-32 ; Nombres 11 : 11-15 ; 14 : 13-19 ; ). C’est la  preuve qu’il n’était plus animé de la rancune.

    Au travers de la Bible, Moïse nous a laissé l’image d’un homme

    humble, doux, patient, compréhensif, compatissant, désintéressé, craignant Dieu et peu porté vers les appétits charnels. C’était un héros au sens propre, et ce verset des Saintes Écritures cité avec certitude :

    Proverbe 16 : 32 : «  Celui qui est lent à la colère vaut mieux qu’un héros, et celui qui est maître de lui-même, que celui qui prend des villes. »

    Pasteur : Dewis HILLAH

    Eglise : Action Evangélique Missionnaire /66458018

    LAISSER UNE REPONSE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here