‘’Autonomisation socio-profesionnelle des jeunes’’ de l’Ong Assovie : Vers la mise en place des coopératives d’artisans

    0
    60

    L’Ong Assovie et les parties prenantes au projet ‘’Autonomisation socio-profesionnelle des jeunes’’ ont procédé à l’évaluation dudit projet, lundi 21 décembre 2020, au Codiam de Cotonou.

     Démarré le 1er juillet 2016 et prorogé au 31 décembre 2020 en raison de la pandémie du coronavirus, le projet ‘’Autonomisation socio-profesionnelle des jeunes’’ a permis d’atteindre plusieurs résulats après quatre années de mise en œuvre. Au total 83 jeunes ont été mis en formation dans divers métiers. 81  des 83 apprenants ont été présentés à l’exemen du Certificat de Qualification des Métiers (Cqm) et ont réussi. « L’un des résultats de ce projet est le travail coopératif. Le projet a permis de mettre les jeunes ensemble et de former le réseau des patrons. Le projet a permis de faire le plaidoyer sur le respect du droit des enfants au niveau du Ministère des enseignements maternel et primaire ou les questions de la prise en compte des enfants  hors du système éducatif a été évoqué. Le Ministère a montré toute sa détermination pour nous accompagner à trouver une solution pour ces enfants , à permettre à ces enfants aussi d’être épanouis et de contribuer au développement du Bénin. Le plaidoyer a été également fait à l’endroit des différents corps de métier, des parents. Tout ceci pour nous accompagner dans le respect du droit des enfants », a confié Christophe Mekoun, directeur exécutif par intérim de Assovie, lundi 21 décembre 2020, à l’évaluation le projet ‘’Autonomisation socio-profesionnelle des jeunes’’. Ces  « changements significatifs » ont été salués par Dénis Lawson, représentant du directeur pays d’Oxfam-Bénin. «  Nous devons nous battre tous, vous, nous toutes les parties prenantes  pour que cette initiative puisse se pérenniser. Nous devons tout faire pour que tout ce qui est goulot d’étranglement  soit levé pour continuer à récupérer le maximum d’enfants.Plus les enfants sont formés plus ils sont aguerris pour affronter la vie active », a plaidé Gatien Adjagboni, 2ème adjoint au maire de Cotonou. « Il est important d’arriver à des coopéatives d’artisans de jeunes qui ont bénéficié  du projet. L’idée est de ne pas le laisser à la phase de projet pilote mais d’accompagner ces coopératives et de les transformes en des cadre de formation pour d’autres jeunes filles vulnérables pour qu’elles aient  une insertion professionnelle », a renchéri Dénis Lawson, représentant du directeur pays d’Oxfam-Bénin. A l’en croire, il s’agit d’œuvrer ensemble avec Assovie à la mise à échelle du projet.

     

     

     

     

    LAISSER UNE REPONSE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here