Religion : l’amour est le premier commandement

    0
    24

    Le  pasteur Simon Alowakou enseigne cette semaine, sur la déclaration de  Jésus relative au premier commandement de Dieu : l’amour pour Dieu et son prochain.

    Marc 12 : 28- 31 «Un des scribes, qui les a entendus discuter, sachant que Jésus avait répondu aux Sadducéens, s’approcha, et lui demanda : quel est le premier de tous les commandements ? Jésus répondit : voici le premier, écoute Israël, le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur.

    Et tu aimeras le seigneur ton  Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. Voici le second : tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autres commandements  plus grands que ceux-là. »

    La reconnaissance de Dieu est fondamentale dans la vie du chrétien. Quand on dit d’aimer Dieu, il ne s’agit pas d’un amour hypocrite que nous les humains avons l’habitude de véhiculer sur la terre. Nous aimons quelqu’un parce qu’il est riche. On aime une femme parce qu’on veut en faire sa copine.  On aime quelqu’un parce qu’on attend de lui des intérêts. Ce genre d’amour est de l’hypocrisie. On lit dans Romains 12 : 9-10 « Que l’amour soit sans hypocrisie. Ayez le mal en horreur ; attachez-vous fortement au bien ».

    L’amour en l’homme à un contenu et quand on se l’approprie, il transcende notre  être. En effet, la Bible nous enseigne que quand nous faisons chemin avec le Seigneur Jésus-Christ, l’esprit descend sur nous et transforme notre être en amour, pareil à ce qu’est Dieu : « Dieu est amour ». Les Saintes Ecritures nous révèlent  dans

    Galate 5 : 22 « Mais le fruit de l’esprit ; c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance ». Aimer Dieu, c’est se consacrer à son œuvre, et  se refuser à tout prix de le quitter, ou de perdre la confiance en lui ; même dans ses jours les plus difficiles. Dans Job chapitre 2, l’homme de Dieu Job a refusé de nier la confiance qu’il a placée en Dieu bien qu’il fût en souffrance. Dans ce passage quand Job était dans ces jours les plus difficiles, ces trois amis lui rendirent visite puis lui ont conseillé de quitter Dieu. Job s’y opposa, et les amis l’ont quitté, sa femme aussi.  En fait, il faut éviter de culpabiliser Dieu de nos souffrances. Il faut cesser d’estimer que Dieu nous prive de son assistance dans nos souffrances. Car, il sait quand son intervention pour nous  sera utile. Dans tes jours d’épreuve, prends patience tout en priant son  secours. La preuve,  Job, dans sa persévérance, a eu de nouveau la bénédiction de Dieu. Et il est même devenu plus prospère.

    Seul Dieu

    Jésus a joint à l’amour pour Dieu, l’amour pour  son prochain  comme étant le second commandement. Il importe que nous sachions qui est le prochain. Tout humain que tu vois et que Dieu a créé à son image est ton prochain. Tu l’aimeras de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée et ta force. Comme tu en disposes pour Dieu. Mais est-ce que de nos jours l’homme manifeste encore de cet amour pour son prochain ? Ce n’est pas vrai.  Nous avons au lieu de l’homme beaucoup plus d’amour pour  l’argent. Et, c’est l’homme qu’on maltraite, qu’on transforme en marchandise pour avoir de l’argent.   Or la Bible dit dans Hébreux 13 : 5 «  Ne  vous livrez pas à l’amour de l’argent, contentez-vous de ce que vous avez. Car Dieu lui-même a dit : je ne te laisserai point et je ne t’abandonnerai point ». La miséricorde de Dieu est grande et ne tarit point.

    L’amour est le fondement des commandements de Dieu. Ainsi, on lit dans  Galate 5 : 14  «Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci : tu aimeras ton prochain comme toi-même ».

    Cette exhortation de Jésus au peuple d’Israël vise à l’instar de tous ses autres enseignements  l’avancement spirituel et par ricochet celui  matériel de l’homme 1 Jean 5 :3 «Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles ».

    Si l’homme a le véritable amour dont parle la Bible, il n’aura aucun problème sur la terre. Et le vœu  de Dieu  pour l’homme aurait eu son terrain d’accomplissement   Jérémie 29 : 11 « Car, je connais les projets que j’ai formés sur vous dit l’Eternel, projet de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance ».

    Paroisse : Mission Internationale de Prière et d’Evangélisation/ Ste Rita-Gbedagba/97089808/ Cotonou

     

     

    Enseignement

    La croissance sur le chemin du Christ (Suite et fin)

    (Les quatre piliers de la vie chrétienne)

     

    Le Seigneur, durant son séjour terrestre en Palestine, comparait la vie chrétienne à la construction d’une maison (Mathieu 7 : 24), une maison dont Il était la pierre angulaire, « la principale de l’angle » (Mathieu 21 :42 ; Actes 4:11 ; 1Pierre 2 :7). Pour bien comprendre cette analogie entre la « vie chrétienne » et la  » maison bâtie », il faudrait  avoir une idée précise du modèle architectural des maisons en usage en Israël au temps du ministère physique du Seigneur.

    Les juifs construisaient le plus souvent  avec des briques en terre cuite et des pierres brutes ou taillées et tirées des roches (Lévitique 14 : 34-45 ; ). De ce fait, leurs constructions avaient besoin d’une pierre angulaire pour débuter son édification, pour en assurer un alignement géométrique régulier et pour donner une grande stabilité au bâtiment par la suite.

    La pierre angulaire ne se pose pas sur du sable mais sur un roc ou un rocher. C’est elle qui soutient  la fondation de la maison chez les Juifs.

    Et, à partir de la fondation,  on élève des piliers en pierre brute, en pierre taillée, en airain ou en bois dur. Les piliers qui s’élèvent dans les quatre angles étaient les plus volumineux et les plus solides. Car à cause de la pierre de l’angle, les maisons étaient  des parallélogrammes de forme carrée ou rectangulaire. Relativement à la pierre angulaire et au fondement, la Bible déclare :

    Éphésiens 2 : 20 « Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire. ».

     Rendre possible

    Eu égard à ces versets, nous comprenons donc bien que c’est le Seigneur Jésus-Christ seul qui rend possible la construction de la maison de Dieu qui est l’Église, mais aussi la construction de la maison de chaque chrétien. Et chaque chrétien doit comprendre aussi qu’il ne peut s’écarter de l’enseignement des apôtres pour se mettre à prêcher un autre évangile (Galates 1 : 6-9).

    Les piliers de l’angle sont les quatre choses fondamentales sans lesquelles la vie en Christ ne peut prospérer. Il s’agit de : la prière, la lecture de la Bible, la louange, le témoignage (de l’œuvre de Christ à la croix).

    Ces quatre piliers de la foi chrétienne sont aussi semblables aux quatre roues d’une berline. Si une seule roue venait à manquer, cette voiture ne peut rouler. Et très souvent dans notre marche avec le Seigneur, il nous arrive, pour des raisons diverses, que nous n’ayons pas suffisamment de temps pour rester en Sa présence pour prier, pour méditer Sa Parole, pour le louer. Même nos réunions d’église ou d’assemblée sont chronométrées.

    N’ayant plus le temps pour adorer le Seigneur, il est évident que notre témoignage de son œuvre à ceux qui ne le connaissent pas soit rare et peu puissant.

    Et chemin faisant, nous perdons toutes forces pour résister à la tentation et par ricochet au mal (Mathieu 26 : 41).

    Celui qui s’est laissé vaincre ainsi par le mal est devenu un serviteur de Satan (I Jean 3.4-10). Sa part n’est plus avec Dieu au ciel mais avec Satan, l’ennemi de nos âmes.

     «  Prenez garde à vous-mêmes, afin que vous ne perdiez pas le fruit de votre travail, mais que vous receviez une pleine récompense. » (II Jean 1.8)

    Veillons donc à garder ces quatre piliers sans faiblir.

    Pasteur Dewis Hillah

    Paroisse Action Evangélique Missionnaire /66458018

    Propos recueillis par Marius Kpoguè

    LAISSER UNE REPONSE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here