Formation des journalistes membres du pôle des médias de la Zlecaf: La démarche de la Cea pour faire reculer l’ignorance

0
100

Une quarantaine de journalistes africains, des responsables de la communication de la Commission économique pour l’Afrique et autres professionnels de la communication participent, depuis ce mardi 02 octobre à Johannesburg (Afrique du Sud), à un atelier dédié au pôle médias de la Zone de libre échange continentale africaine. Les deux jours de formations permettront de faire reculer l’ignorance en agissant sur le contenu des médias.

Cette formation met à la disposition des participants de nouveaux outils et stratégies de collecte et de dépouillement de l’information économique. Désormais, il ne s’agira plus pour les journalistes de rapporter de façon classique les propos des gouvernants, mais de poser les bonnes questions, d’avoir des informations fiables afin de mettre à la disposition des lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs , selon le médias, les récits qui impactent positivement leur quotidien et dans lesquels ils se reconnaissent. Selon le professeur Nixon kariithi, formateur principal, à travers cette formation, la Commission économique pour l’Afrique (Cea) entend parvenir à faire reculer les frontières de l’ignorance. Et l’une des étapes de cette ambition est d’agir sur les journalistes et les professionnels de la communication, membres du pôle médias de la Zone de libre échange continentale. « La raison pour laquelle vous êtes là est de vous ouvrir. Que vous commenciez à poser les bonnes questions et que vous alliez au-delà de ce que dit le politicien. (…) Dans votre travail, vous devez vous dire qu’il n’y a rien de mal dans la Zlecaf et comment faire pour que cela puisse profiter au continent africain », a signifié le formateur principal.
Parlant de la nécessité d’influencer le continent à travers des contenus médiatiques intéressants, le professeur Nixon kariithi est revenu sur un aspect essentiel qu’est le choix d’un sujet pertinent, en harmonie avec le vécu des populations. Ce choix, selon lui, s’appuie sur la capacité du journaliste à poser les bonnes questions et à avoir une certaine connaissance et culture personnelle sur le sujet qui attire la curiosité. Ensuite, la diversité des sources de l’information, surtout en économie, constitue l’une des clés d’un article de presse réussi. A ce niveau, il a suggéré qu’au lieu de se fier uniquement aux politiciens pour les questions de statistiques, par exemple, volet important de la qualité de l’information économique, le journaliste pourrait recourir aux universitaires ou aux institutions qui élaborent et publient des études dans le domaine. Le reste de la formation sera consacrée au partage d’autres astuces intéressantes, de sorte à impulser un nouveau dynamisme dans le secteur des médias à travers des contenus économiques attractifs.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here