Lutte contre la criminalité faunique: Nature Tropicale ONG outille la brigade canine pour traquer les trafiquants

0
93

Le Bénin se dote d’une Brigade canine pour la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages protégées. Cette brigade basée dans la ville de Cotonou met les bouchées doubles pour bientôt commencer les patouilles afin de détecter les trophées d’animaux sauvages que protège la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin. Qu’il vous souvienne que le Bénin a mis les garde-fous nécessaires pour sécuriser ses parcs. Cependant, il est visé pour le transit des trophées vers les pays consommateurs. Il urge que les frontières du Bénin soient sécurisées. C’est fort de cela que la brigade canine dresse les chiens pour détecter les produits qui alimentent le commerce illicite de la faune menacée d’extinction. Nature Tropicale ONG au regard de ses expériences, coopère avec le Fonds international pour la protection des animaux – France (IFAW), afin de mettre en place une politique efficace contre la criminalité liée aux animaux sauvages protégés en République du Bénin.
Le jeudi 25 juillet 2019, une équipe de Nature Tropicale ONG a entamé une série de formations avec les policiers à la Brigade Canine du Bénin. Avec cette équipe, ces agents vont se familiariser avec les textes législatifs et règlementaires encadrant la protection des espèces sauvages au Bénin et les techniques de fraudes utilisées au Bénin par les présumés trafiquants. Joséa Dossou-Bodjrènou, Directeur de Nature Tropicale ONG, partant d’une citation du camerounais Patrice Nganang qui dit « il n’est pas tard de fonder le futur de l’Afrique dans le respect des textes ». Il a fait comprendre aux agents qu’il faut amener les indélicats à respecter les textes en vigueur par la sensibilisation répressive. Rappelant la règlementation qui encadre la lutte contre la criminalité faunique, il a insisté sur la détermination de chacun pour une lutte efficace pour la sauvegarde du patrimoine faunique de l’Afrique. A sa suite, Benjamin Dagbéto, Juriste environnementaliste a mis l’accent sur l’activisme environnemental pour à nouveau réveiller le militantisme en faveur des espèces sauvages menacées de disparition.
Il faut rappeler que c’est une formation cynotechnique à la détection d’ivoires, d’écailles de pangolins et de tortues marines pour ne citer que ces espèces. Dans les jours à venir, le policier maître-chien va utiliser son collaborateur canin dans des missions de recherche et de détection de produits illicites comme des trophées d’animaux sauvages. Par cet acte, le Gouvernement du Bénin vient une fois encore donner la preuve de sa détermination à lutter contre la criminalité faunique. Ce qui ne peut que ragaillardis le programme Appui à l’Application des Lois sur la Faune et la Flore (AALF-BENIN) et les autres activistes qui ont à cœur la survie des espèces de faune au Bénin et dans la sous-région. Avec la brigade canine, ceux qui tentent de faire passer les trophées d’animaux seront rapidement détectés comme c’était le cas en mars 2018 avec les 513 kg d’écailles pangolins saisis à l’aéroport international Cardinal Bernardin de Cotonou.
Par Patrice SOGLO

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here