MONO/ENFANCE: Les acteurs outillés sur le mécanisme et la procédure de protection des enfants à Bopa

0
97

Le Chef du centre de promotion sociale (C/Cps) de Bopa, en collaboration avec la mairie de ladite localité, a organisé mardi dans la salle de conférence du Cps de Bopa en présence du Chef de service des affaires générales (C/Sag) de la mairie, Aimé Kindédohoun, la première session de la Cellule communale de suivi et de coordination pour la protection de l’enfant autour du thème « Mécanisme et procédure de la protection de l’enfant ».

Pour le Chef du centre de promotion sociale (C/Cps) de Bopa, Mme Cécile Aniglè Gandaho-Kpindjo, la rencontre de ce jour a pour but de fournir des informations utiles aux acteurs de la chaîne de protection des enfants pour être bien outillés afin de se mettre efficacement au service des enfants qui constituent l’avenir de demain. De cette rencontre, précise Mme Gandaho-Kpindjo, sortiront des stratégies pour mieux prendre en charge les enfants, mieux collaborer avec les forces de l’ordre dans l’arrestation des indélicats qui violent allègrement les droits des enfants, malgré l’existence des textes de lois en la matière.
Le communicateur, David Moïse Tossou, assistant social chargé de la protection de la famille, de l’enfant et du genre, en abordant le thème qu’est « mécanisme et procédure de la protection de l’enfant », a procédé à la définition de certains concepts liés à l’enfant, au mécanisme et à la protection.
Il a fait aux participants le point sur les institutions de protection de l’enfant en se référant à l’article 132 de la loi n° 2015-08 du 08 décembre 2015 portant code de l’enfant en République du Bénin qui parle des juridictions pour mineur, les offices centraux de protection des mineurs, la commission nationale des droits de l’enfant, le comité directeur national de lutte contre le travail des enfants, les centres de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence, les organismes et institutions agréés de la société civile opérant dans le domaine de la protection de l’enfant, les travailleurs sociaux, le corps des inspecteurs de travail, le service social de justice, les autorités centrales et compétentes dans le cadre de l’adoption internationale, etc.
M. Tossou n’a pas manqué de décrire les grandes phases de la procédure de protection, les différents acteurs de protection de l’enfant ainsi que leurs rôles respectifs. Dans ce sens, il a évoqué la procédure juridique assurée par les organisations non gouvernementales et les Cps qui ont pour rôle de signaler les infractions, orienter et conseiller les parties au besoin. Ensuite, vient la procédure judiciaire mise en œuvre par les avocats mais l’assistance psychologique qui amène les acteurs concernés à veiller au respect des droits de l’enfant, assister les enfants lors de leur audition, procéder à la recherche des parents, assister la famille, aider à la mise en œuvre des alternatives à l’incarcération, suivre les placements et les mesures d’assistance à la réintégration et la réinsertion sociale, a-t-il précisé.
Selon Tossou, la procédure judiciaire fait appel aux enquêtes préliminaires, à la poursuite, l’instruction, au jugement, à l’exécution où interviennent le personnel pénitentiaire, les structures d’accueil et de protection de l’enfant ainsi que les familles hôtes pour la sauvegarde de l’intérêt supérieur de l’enfant.
En appui à cette communication, Mme Gandaho-Kpindjo, chef Cps de Bopa, a indiqué aux participants que les infractions commises sur les mineurs dans sa commune sont principalement le viol, l’abandon de famille, les cas d’inceste sur mineure et de grossesses incestueuses, la mobilité, le mariage précoce. Elle a invité les participants à conseiller aux parents dans les communautés l’adoption d’un comportement de veille sur les enfants afin de prévenir ces différentes infractions.
Les participants ont apporté leurs contributions à partir des cas concrets vécus par eux-mêmes.
Le chef service des affaires générales (C/Sag), Aimé Kindedohoun, après avoir remercié les participants, a estimé que le thème est bien venu car, à travers les débats, on comprend que les acteurs sont désormais bien outillés.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here