MONO/ENFANCE: La commune d’Athiémé engagée pour la lutte contre les violences faites aux enfants

0
41

Le maire d’Athiémé, Saturnin Dansou, a lancé ce vendredi dans la séance de conférence de l’hôtel de ville, les travaux de la première session de la cellule communale de suivi et de coordination pour la protection de l’enfant.
En ouvrant la séance, le maire, après les civilités, a invité les participants à suivre religieusement la communication présentée par le Chef du centre de promotion sociale d’Athiémé (C/CPS), Mme Prisca Ahouandjinou, car la protection de l’enfant doit être une priorité pour tout le monde. « Les violences faites aux enfants sont des actes à proscrire dans la commune », a souligné le maire aux participants avant de marteler que celui qui ne s’exécutera pas s’expose à des sanctions conformément aux textes en vigueur.
Au cours de la séance, le Chef du centre de promotion sociale (C/CPS) d’Athiémé, Mme Prisca Ahouandjinou a présenté une communication aux participants, composés des chefs de services déconcentrés de l’État, des acteurs de la société civile, des responsables des artisans et des orphelinats, sur le thème « la gestion des cas de violences faites aux enfants ».
Il se dégage de la communication de Mme Ahouandjinou que l’enfant est un être fragile qui mérite une attention et une protection particulière. Pour elle, on assiste dans la commune d’Athiémé à des violations fréquentes des droits des enfants à travers les diverses formes de violences enregistrées à savoir des violences physiques, psychologiques et sexuelles. Elle a souligné qu’en 2017, 25 cas de violences ont été enregistrés, 33 en 2018 et 19 cas déjà commis au premier semestre de l’année en cours.
Les conséquences de ces violences faites aux enfants sont multiples, précise le C/CPS, à savoir les blessures ou cicatrices, les troubles sensorielles et du sommeil, l’état de santé dégradé, le handicap, le faible rendement scolaire, les échecs, etc.
Elle a également abordé le rôle du Cps en matière de prévention et de prise en charge des violences faites aux enfants dans la commune d’Athiémé. Les difficultés et les perspectives n’ont pas été oubliées. Elle a souhaité la synergie d’actions entre les différents acteurs de la chaine de protection de l’enfant.
Après avoir appuyé la communication du C/CPS, les commissaires de police d’Athiémé et de Kpinnou ont invité la population à collaborer avec eux en dénonçant ceux qui enfreignent à la loi.
À l’issue des débats, il a été arrêté l’installation sous peu des comités villageois pour la poursuite des actions sur le terrain.

 

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here