Formation en Makup à Abomey-Calavi et Parakou: AiyéCréation outille de nouveau les femmes

0
172

Lidwne Lantokpodé, à travers son idée de formation en “Makup”, offre de nouvelles possibilités aux femmes de pouvoir apprendre un de plus pour leur propre personne ou de faire du makup, un métier, une source de revenue. Après la population de Cotonou, elle s’est rendue dans les localités d’Abomey-Calavi et de Parakou pour offrir la même formation.

« Lorsque nous prenons le domaine du cinéma, le tourisme, les événements et l’ensemble des arts, la décoration est importante de même que le maquillage », a confié Lidwine Lantokpodé, directrice générale de “AiyéCréation”. Pendant huit jours, elle s’est rendue à Abomey-Calavi pour permettre aux femmes désireuses de pouvoir apprendre, une fois de plus, certaines notions importantes dans le Makup. En effet, cette formation, sanctionnée par une attestation, a permis à ces dames de pouvoir mieux s’en sortir dans ce domaine. Le domaine du Makup regroupe un ensemble de métiers. Il s’agit, entre autres, du maquillage, de la décoration, du nouage de foulard, de l’entretien des ongles et aussi des soins corporels. C’est une manière, pour la directrice de montrer à ces femmes, dans un premier temps, qu’il n’y a pas de sous métier. Dans un second temps, a il y a l’idée d’aider ces femmes à savoir s’auto-maquiller ou encore ouvrir un salon afin de gagner de l’argent au quotidien. Et enfin, il s’agit de permettre à celles qui ont déjà reçu une base dans ce domaine et qui souhaitent apprendre une fois de plus afin de ne pas oublier les notions antérieures. « L’envie de former des gens m’anime toujours. Parce que, quand je vois les personnes déjà formées à l’œuvre ou lorsqu’on fait appel à ces personnes lors d’un événement, elles arrivent à tirer leur épingle du jeu, cela donne une autre motivation », a expliqué la directrice. Elle ajoute : « Lorsque vous avez la passion et la motivation de faire quelque chose, vous n’avez pas besoin qu’on vous pousse. Vous n’aurez pas l’impression qu’il s’agit d’une corvée ». A l’en croire, lorsque l’on a la passion et la motivation de faire quelque chose, les impressions sont toujours bonnes si bien que l’on ne se décourage pas. Ainsi, chaque formation est aussi une découverte ou une motivation pour Lidwine Lantokpodé de pouvoir donner un de plus à ces femmes désireuses. Elle a, sans doute, invité ces femmes à rester dévouées au travail et à s’exercer autant que possible.
Dans le rang des bénéficiaires, la joie est immense. De son côté, Martine Aholouyè a apprécié, à sa manière, le bon déroulement de cette formation. « La formatrice était à la fois gentille et très rigoureuse. Avec des techniques qui sont à notre niveau d’assimilation, elle nous a donné beaucoup de notions et nous avons appris beaucoup de choses », a-t-elle fait remarquer. Pour elle, cette formation est une belle occasion d’acquérir des notions que beaucoup ignorent. « Avec ce parchemin, je pense, dans un bref délai, ouvrir mon propre salon de beauté afin de me faire des bénéfices et comme on le dit, il n’y a pas de sous métier. Mon objectif est de faire de ceci un bon métier que je vais exercer à plein temps », a précisé Martine Aholouyè. Comme elle, Bertille Hounsou a eu la chance de suivre ladite formation et cela est un nouveau défi. Car son ambition est de pouvoir pratiquer ces soins sur elle-même et aussi d’être au service des autres. « Cette formation est une nouvelle connaissance pour moi et je vais me perfectionner tous les jours afin de réaliser de grand-chose », a souligné Bertille Hounsou.
Cette formation au profit de ces femmes suit son cours. Pour cette semaine, dès mardi prochain, les populations de la ville de Porto-Novo seront à l’œuvre. D’autres séances de formation sont prévues dans le mois d’août à Dakar, au Sénégal et aussi au Togo.

 

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here