Dégel de la tension politique: Tête à tête Patrice Talon et la classe politique ce jour

    0
    107

    Annoncé par le Chef de l’Etat, le 20 mai dernier, pour baisser la tension postélectorale, le dialogue politique se tient ce lundi 15 juillet au palais de la Marina.
    Aujourd’hui, 15 juillet 2019, un nouveau vent souffle sur l’univers politique béninois. Patrice Talon engage un dialogue avec la classe politique. L’objectif de cette rencontre est d’aplanir la crise postélectorale qui a mis le Bénin à rudes épreuves. A la faveur d’un communiqué la semaine écoulée, le Président de la République a invité officiellement les forces politiques, surtout celles de l’opposition à s’assoir autour d’une même table. «Le président de la République invite les responsables des formations politiques ayant précédemment déposé de déclaration administrative ou de mise en conformité au ministère de l’intérieur à raison de deux délégués par formation à une concertation», peut-on lire sur le document. Cette rencontre concerne 11 formations politiques de toutes les obédiences. Ces partis, pour la plupart, se réclament de l’opposition. Au nombre de ceux-là, il faut retenir, l’Union sociale et libérale (Usl) de Sébastien Ajavon, Restaurer l’espoir (Re) de Candide Azanaï, les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) de l’ancien président Boni Yayi. Dans son discours à la Nation, le 20 mai dernier, Patrice Talon a annoncé la tenue de ce dialogue politique. Un dialogue qui intervient dans un contexte socio-politique très tendu. Le bureau politique des Fcbe ne compte rester en marge de cette concertation. Au terme d’une séance tenue ce vendredi 12 juillet, les leaders cauris ont opté pour la participation de leur part à cette rencontre politique. Le 28 avril dernier, les partis de l’opposition n’ont pas participé aux législatives. Ils ne disposent pas de certificat de conformité, une pièce importante pour le dépôt de candidature à la Cena. Seuls les deux blocs proches du régime de la rupture étaient en lice pour siéger au parlement. Il s’agit de l’Union progressiste et le Bloc républicain. Ce processus électoral a été marqué par des tensions politiques. A Cadjèhoun, les soulèvements ont éclaté les 1er et 2 mai, causant des dégâts humains et matériels. De nombreux manifestants ont été arrêtés par la police républicaine.

     

     

     

    LAISSER UNE REPONSE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here