Can EGYPTE 2019: Les Écureuils du Bénin, tueurs de Lions. (Après djogbé, les Béninois en mode LÊTHÊ TCHÉKOU en Egypte )

    0
    151

    Le Bénin a créé la surprise en éliminant le Maroc lors du premier huitième de finale de cette Can Egypte 2019 après un match étouffant et totalement dominé par les Lions de l’Atlas. Au terme du match, les Écureuils ont remporté la séance de tirs au but (1-1, 4-1 tab).

    Le Bénin a réalisé l’exploit de se qualifier pour le premier quart de finale de la Can de son histoire et ce, toujours sans avoir gagné le moindre match ! Les Écureuils, réduits à 10, sont venus à travers une éprouvante séance de tirs au but (1-1, 4 t.a.b. à 1).
    Dans ce match au scénario incroyable, le Bénin de Michel Dussuyer a réalisé un hold-up presque parfait. Les Lions de l’Atlas ont dominé tout au long du match, multipliant les occasions, mais sans trouver la faille. Ils y ont pourtant cru avant la pause, quand Hakimi a poussé au fond des filets un ballon d’En-Neysri (39e). Un but refusé pour un hors-jeu franchement pas évident.
    En face, le Bénin se contente surtout de défendre, de bien défendre, mais sans vraiment se projeter. Les Écureuils comptent sur les coups de pied arrêtés. À raison, puisque Adilehou ouvre la marque sur corner (0-1, 52e), totalement contre le cours du jeu !
    La domination stérile du Maroc aurait pu se poursuivre encore, face à des Béninois plus que jamais regroupés en défense. Mais sur une grossière erreur d’Adeoti, qui se fait prendre le ballon devant le but par Boussoufa, En-Nesyri, tout seul, pousse le ballon au fond des filets (1-1, 75e).

    Manque de lucidité
    Les Marocains manquent nettement de précision dans leurs offensives et de réalisme face au but. À l’image de Ziyech, très remuant et tireur des nombreux coups francs, qui paye sûrement une saison éprouvante avec l’Ajax Amsterdam, manquant de lucidité sur quasiment toutes ses frappes. Et notamment sur le penalty accordé aux Marocains dans les arrêts de jeu. Ziyech, qui tenait la balle de match, frappe sur le poteau (1-1, 90e) !
    En prolongation, le jeu se durcit, et l’arbitre multiplie les sanctions. Adenon, pour contestation, écope d’un deuxième carton jaune sévère et quitte le terrain. À dix, les Écureils résitent, comptant sûrement sur leur excellent gardien, auteur de plusieurs parades, pour la séance de tirs au but. Sur le terrain, ça ne ressemble plus à grand-chose dans la fin de la prolongation.
    Et finalement, les Béninois, sans trembler, ont surclassé les Marocains touchés au mental dans l’exercice des tirs au but. Boufal a d’abord frappé au-dessus, avant qu’En-Nesyri ne voie son tir arrêté par Allagbé.
    Sans franchement bien jouer, le Bénin a donc réussi l’exploit d’accéder aux quarts de finale, où il affrontera le Sénégal, vainqueur de l’Ouganda. Le Maroc d’Hervé Renard sort par la petite porte, sans avoir jamais vraiment convaincu dans cette Can, où il faisait pourtant partie des favoris.

    Poté et Verdon distingués
    Les matches de phase de poule de la 32ème Coupe d’Afrique des nations de football ont pris fin avec des statistiques qui arrangent le Bénin et les Écureuils. En effet, un total de 68 buts ont été marqués sur les 36 matches de la phase de groupes, soit une moyenne de 1,9 but par match.
    Cinq équipes n’ont pas encore concédé leurs défaites : l’Algérie, le Maroc, l’Egypte, le Cameroun et le Bénin avec son attaquant Michaël Poté qui est sur la liste des meilleurs buteurs avec 2 réalisations. Il figure aussi dans l’équipe type. Le défenseur Olivier Verdon est dans le groupe des meilleurs leaders de ce premier tour.
    Un moment historique dans le football africain. Madagascar est le premier débutant de la Coupe d’Afrique des Nations à se qualifier pour les huitièmes de finale depuis le Cap-Vert en 2013. Le Burundi est devenu la troisième équipe à ne pas marquer de but lors de ses trois premiers matches de la Coupe d’Afrique des Nations après l’Ethiopie en 1957 et 1959 et le Mozambique en 1986.

    Stephane Sessegnon élu homme du match
    Victorieux face aux Lions de l’Atlas en huitième de finale de la 32ème Can Égypte 2019, le capitaine des Écureuils est désigné comme l’homme du match. « Je suis content pour cette distinction. Je dédie cette récompense à tous les Béninois, à l’encadrement technique et à tous mes coéquipiers. Nous sommes très fiers de cet exploit. Nous savions que nous allions souffrir contre le Maroc aujourd’hui, mais à la fin, nous avons gagné malgré une longue période de jeu à 10 joueurs », a-t-il dit.

    Réaction après le match
    « Je suis très fier de mon équipe. Nous avons eu un défi difficile », Michel Dussuyer
    En conférence d’après-match contre le Maroc, en huitième de finale de la 32ème Can Égypte 2019, le sélectionneur national Michel Dussuyer a félicité ses joueurs de cette belle et historique victoire. Il a aussi fait un clin d’œil aux supporters venus nombreux soutenir l’équipe.
    « Je suis très fier de mon équipe. Nous avons eu un défi difficile. Le Maroc est une équipe très forte, mais nous nous sommes bien préparés mentalement et la chance était de notre côté ce soir. Jouer avec un homme de moins était difficile, et nous allons essayer de faire amende honorable pour Khaled Adenon, qui ratera le prochain match. J’essaie d’enseigner à mes joueurs la philosophie gagnante d’aller plus loin. Je remercie mes garçons des efforts remarquables qu’ils ont faits ce soir, ainsi que ceux qui sont venus nous soutenir. Nous rêvons de victoire chaque jour et je crois que nous pouvons continuer ce beau rêve. »

    Hervé Renard, : « C’est moi qui dois assumer »
    Hervé Renard (sélectionneur du Maroc, après l’élimination en huitième de finale par le Bénin, 1-1, 1-4 aux t.a.b.) : « On n’a pas su résoudre l’équation qu’on connaissait sur un bloc très regroupé, mais on est revenu. On a eu des possibilités de gagner avant la fin de ce match puis on se retrouve à dix contre 11 dans la prolongation : que voulez-vous de plus pour gagner un match ? Pas grand-chose… On avait tout ce qu’il fallait dans nos pieds pour faire la différence, mais les signes étaient mauvais. On est venu avec des ambitions mais il y a des jours où ça rigole moins. Ce groupe a été formidable, mais quand on est éliminé en huitième de finale, pour le Maroc, c’est un échec. Et c’est moi qui dois assumer. Vous pouvez me tirer dessus, c’est comme ça. Ces joueurs m’ont beaucoup donné. On va rentrer à l’hôtel, faire nos valises malheureusement… »

     

    La plainte du Bénin contre l’arbitre angolais du match face au Maroc

    La Fédération Béninoise de Football (Fbf), suite au match N° 37 comptant pour les huitièmes de finale de la Can Egypte 2019 et opposant le Maroc au Bénin, a saisi la confédération africaine de football pour exiger des sanctions à l’encontre de l’arbitre qui a officié le match.
    C’est à travers la correspondance N° 270/2019/FBF/DC/SG/PT en date du samedi 6 juillet que la fédération a saisi l’instance africaine lui demandant d’infliger une sanction au juge de la partie. En effet, la partie béninoise estime, au regard d’arguments exposés dans sa correspondance, que l’arbitre a pris faits et causes pour les Lions de l’Atlas. La Fbf mentionne que « l’arbitre a fait preuve de mauvaises appréciations des fautes survenues et de mauvaises interprétations des lois du jeu », d’une part. « L’arbitre a fait preuve d’une partialité au profit du Maroc », d’autre part, précise la Fbf.
    En agissant ainsi, estime la fédération, l’arbitre a violé le Code d’éthique de la Caf et de la Fifa. Convaincu de ce que cette attitude du juge central est contraire aux textes régissant le football, la Fbf demande à la Caf de rendre justice en infligeant une sanction, conformément aux règles de l’instance à l’arbitre Helder Martins de Carvalho. La plainte enregistrée au secrétariat de la Caf sera étudiée pour qu’une suite soit donnée, selon les pratiques de l’instance.

    LAISSER UNE REPONSE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here