Rencontre artistique: Kangni Alem dans une Master-class à L’imprévu

0
60

Dans le cadre de ses activités, Cotonou Créative, en collaboration avec L’imprévu et les éditions Continent ont organisé une rencontre littéraire dans le but de réunir les hommes de lettres autour de l’écrivain togolais Kangni Alem. Cet événement a eu lieu, le samedi 1er juin, dans les locaux de L’imprévu à Ganhi et a été l’occasion pour l’écrivain de présenter son nouveau recueil de nouvelles.La littérature est une espace où l’on reconstruit sa vie », a confié Kangni Alem, écrivain, dramaturge et metteur en scène. Il a dirigé une Master-class avec les hommes de lettres. Cette rencontre a eu lieu, le samedi dernier, dans les locaux de L’imprévu à Ganhi. Lors de ladite rencontre, l’écrivain s’est beaucoup plus penché sur la technique d’écriture d’une nouvelle. Pour lui, la nouvelle est une histoire que l’on décide de raconter à partir d’une réalité ou d’une histoire vraie de même que l’histoire des autres. Tout a commencé pour Kangni Alem à partir du théâtre. « J’ai commencé par faire du théâtre et toute ma vie, j’ai voulu écrire sur le théâtre. C’est depuis le lycée que je me suis intéressé à cet art », a-t-il expliqué. En effet, dans un écrit de nouvelle, il est important de faire le choix d’un filtre, une manière que l’auteur peut se donner afin de prendre du recul dans son écrit. « Il est important que l’écrivain soit sensible à la véracité de la langue qu’il prête à son personnage. Le suspens en fait partie aussi », a clarifié Kangni Alem. Le simple fait de laisser le lecteur sur sa fin est le propre de la nouvelle, une manière de laisser des zones d’ombre. A l’en croire, la nouvelle n’est pas un genre aussi facile comme on le pense et il faut éviter de tout raconter. Un exercice qui demande beaucoup de concentrations et d’attention. « C’est grâce à la zone d’ombre que le texte échappe au lecteur parfois et il doit y revenir sans cesse », a annoncé l’écrivain. Ce sont là des pratiques qui ne sont pas négligeables dans la nouvelle.

Ce moment d’échange a été marqué par un café littéraire. Une séance qui a permis à l’écrivain de présenter son dernier recueil de nouvelles intitulé Le sandwich de Britney Spears. Carmen Toudonou, Florent Couao-Zotti, Paulin Hountondji et autres hommes de lettre ne sont pas restés en marge de cet événement.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here