DÉTECTION ET RECTIFICATION DES FAKE NEWS: Une vingtaine de journalistes outillés

    0
    77

    Une vingtaine de journalistes ont participé, les lundi 29, mardi 30 et mercredi 1er mai 2019 à l’hôtel Palais Oriental Porto-Novo, à un atelier de renforcement des capacités sur les techniques d’investigation et les outils de vérification de Fake news.

    Placée sous le thème « Détection et Rectification des Fake News par les Journalistes », cette formation pilotée par le coordonnateur du Projet, Marcel Zoumènou et le Coordonnateur Adjoint, Benjamin Honoré Nahum vise à outiller les participants afin qu’ils soient capables de distinguer les Fake news dans l’exercice de leur métier. En termes clairs, l’objectif du projet « Stop fake news » est de former, au total, 100 journalistes capables de détecter les fake news, même les plus discrets et de les corriger.

    Devenues un vrai cancer pour la presse, les fake news occupent le temps et l’espace médiatiques et empêchent la vraie information d’éclore. Pour corriger le tir, un projet financé par l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique a été initié afin de former les journalistes à être plus aguerris dans la détection et Rectification des Fake News. C’est dans ce cadre qu’une vingtaine de journalistes sont en formation depuis le lundi 29 avril 2019 dans la ville capitale.

    A l’ouverture de l’atelier, les organisateurs sont revenus sur le bien-fondé du projet : « Détection et rectification des fake news par les journalistes». Dans son allocution, Honoré Nahum, Coordonnateur adjoint du Projet a indiqué que des Journalistes, des personnalités et autres acteurs insoupçonnés sont parfois auteurs de fake News. Une situation qui interpelle et à laquelle il convient de trouver une réponse appropriée, afin de circonscrire le phénomène qui est devenu une menace à l’ère des réseaux sociaux. Dans cette perspective, s’est-il réjoui de la tenue de ce rendez-vous du donner et du recevoir, qui va non seulement permettre aux journalistes d’être aguerris face aux Fake news, mais aussi d’améliorer la qualité de leur production. « Journalistes que nous sommes, formés pour donner la vraie information, les fake news nous lancent un grand défi. Elles nous amènent à plus de prudence. Pour garder, en dépit des mutations actuelles, le prestige et l’hégémonie sur cette profession, nous devons travailler à ne pas être les vecteurs de fausses informations. Mais là, il faudrait apprendre à vite les identifier et à savoir les déconstruire», va-t-il déclarer avant d’inviter les participants à faire preuve d’abnégation afin de profiter de cette formation qui va leur permettre de se distinguer à travers leur production.

    Par ailleurs, le coordonnateur du Projet, Marcel Zoumènou a remercié l’Ambassade des États-Unis pour avoir décidé d’accompagner le projet de formation des journalistes d’investigation au Bénin.

    LAISSER UNE REPONSE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here