Conservation de la biodiversité et des écosystèmes fragiles: Amaf-Bénin sensibilise Aguégués, Adjohoun et Bonou

0
60

Les communautés des communes des Aguégues, d’Adjahoun et de Bonou étaient,  le mercredi 30 janvier 2019, face à l’Ong Amaf-Bénin. C’était à la salle de conférence de la mairie des Aguégués pour renforcer leurs connaissances sur la biodiversité et les écosystèmes fragiles.

 L’Ong Amaf-Bénin a choisi le dialogue communautaire pour consolider la connaissance des communautés des communes des Aguégues, d’Adjahoun et de Bonou, pour la conservation de la biodiversité. Le but que vise cet atelier est d’accroître la connaissance et la compréhension de ces communautés locales. La rencontre a connu la participation des plusieurs personnes. Il y avait les chasseurs, les pêcheurs, les chefs traditionnels membres des organisations locales de gestion des forêts et des zones humides, des villages de Bembè, Gangban et Atchonssa des municipalités des Aguégués, d’Adjohoun et de Bonou. Les représentants des commissaires de la Police Républicaine des commissariats des arrondissements d’Adjahoun, des Aguégués et de Bonou y étaient aussi.

Il faut signaler que cet atelier de dialogue communautaire est consacré au lancement officiel des activités du projet « Strengthening  Resilience for Community Conservation of Biodiversity and wet Ecosystems in Ouémé Valley ». C’est financé par institute for global environmental strategies (Iges) à travers satoyama development mechanism (Sdm). Le but est de contribuer à la conservation des ressources naturelles pour l’utilisation durable de la zone humide du site Ramsar 1018 de manière à ce que les générations présentes en tirent le maximum d’avantages durables. Il vise aussi à contribuer à la réalisation des objectifs stratégiques de « International Partnership of Satoyama Initiatives » (Ipsi).

A l’endroit de l’assistance, Fataï Aïna, Directeur Exécutif de l’OngAmaf-Bénin a rappelé à l’assistance le but du projet « Strengthening Resilience for Community Conservation of Biodiversity and wet Ecosystems in Ouémé Valley » dans lequel s’inscrit la présente activité. Selon lui, la rencontre vise à apporter un soutien aux politiques et réglementations de protection de l’environnement pour améliorer les efforts de conservation ainsi que l’amélioration des conditions économiques et sociales et les moyens de subsistance pour les communautés de la Vallée de l’Ouémé.

Marie Dossou-Bojrenou de l’Ong Nature Tropicale dans sa communication sur la loi Cites a exhorté les communautés à dénoncer les actes criminels qui menacent la faune aquatique, en particulier le Lamantin d’Afrique. Maximilien Houssou, le commissaire adjoint de la Police Républicaine de l’arrondissement d’Avagbodji a exprimé sa disponibilité d’accompagner l’Ong Amaf-Bénin et les communautés dans cette lutte contre la criminalité faunique.

Le représentant du Maire de la commune des Aguégués,   Geoffroy Hounsa, a remercié l’Ong-Amaf et   ses partenaires financiers notamment « Institute for Global Environmental Strategies (Iges) et Satoyama Development Mechanism (Sdm) » de leurs initiatives qui visent les communautés du Lac Nokoué et de la Vallée de l’Ouémé.

Il faut signaler que plusieurs propositions de solutions ont été formulées tant de la part des communautés, de la Police Républicaine que des autorités locales pour remédier aux problèmes.

A cette rencontre étaient présentes plusieurs Ong. Il s’agit de Benin Environment Education Society (BeesOng), Sonagnon-Ong, Advocacy-Ong et Nature Tropicale Ong.

 

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here